3.10.13

Les Petits Riens chez les coureurs de rivière



11. VIII. 2013. Château-Ville-Vielle, dans le Queyras. C'est encore les vacances. Des rafts joliment colorés attendent bien sagement le prochain départ sur l’eau devant les chalets d’été de Quey’raft. La spécialité ici, c’est le rafting, un sport d’eau vive que l’on pratique avec passion dans les fabuleux paysages de la Combe du Guil…
Vincent, le Boss et Jean, nos guides de Quey’raft, nous briefent sur les consignes de sécurité et de navigation. Ce temps de préparation est un moment fort : chacun de nous endosse désormais un rôle précis dans l’équipage pour faire descendre au mieux le bateau dans les rapides. "En avant !", "Rappel!", "En arrière !", "Stop !", "Banzaï !"
Ca s’annonce sportif et si l’un de nous souhaitait se la couler douce, c’est raté d’avance….
Puis la rivière transforme en une alternance de douceur et de nervosité avec des passages carrément sportifs très impressionnants !
Tout cela n’entame en rien la sérénité des guides qui, non seulement nous apprennent à manier la pagaie, mais nous dévoilent aussi les mille et un secrets de la vie de la rivière.




La base de Quey’raft, si tranquille quelques minutes plus tôt, s’est remplie d’animation. C’est le retour des coureurs de rivière. Il faut se déséquiper, rincer le matériel et le ranger. Tout le monde met la main à la pâte. Valentin, un des guides , assure sacrément à la guitare !


Coup d'oeil dans le chalet : pagaies très gaies, c’est jamais la pagaille !



Dehors sous le soleil, c'est l'ambiance joyeuse de l’équipement . Il faut se préparer, enfiler combinaison néoprène, gilet, casque, chaussures, gilet… Et tout le monde est un peu excité …


Nous voilà tous équipés en cosmonautes de rivières avec casques, combinaisons et gilets.
Noir, rouge , jaune sur une eau magnifique et translucide !



"Millenium", "Coupe-gorge", "L’ange gardien" ou "Triple chute" : ce sont les noms des passages réputés de la rivière. Tout va très vite dans la descente du Guil et les sensations sont fortes. Cela commence pourtant doucement, juste le temps qu’il faut pour que l’équipage apprenne à se coordonner. 


Alors évidemment, le soir on s’est retrouvé autour d’un verre et j’ai pu me lancer dans quelques tentatives de portraits des héros de mes vacances, Valentin, Adrien, Jean, Simon, Hugo, les "coureurs de rivières"..


Ca vous intéresse d'en savoir plus sur les coureurs de rivières ? http://tribulationschiliennes.wordpress.com




Allez, j'ose une confidence : parmi ces coureurs de rivières, celui du milieu, tout décoiffé par la journée que nous venons de passer et tout coloré de soleil, c'est Jean, mon plus jeune fils !
Et si je quitte rarement mes plumes sépia, lui ne se sépare jamais de sa pagaie. 

Bénédicte Klène, Chroni-croqueuse de Petits Riens


3 commentaires:

DESCHAMPS Christine a dit…

Ben dis donc, un reportage fleuve, pour ces histoires d'eau ! Super croquis !

Juliette Plisson a dit…

quel reportage!
j'aime ces pagaies et ces combinaisons en attente et j'ai un petit faible pour la partie descente des rapides.

Bénédicte Klène , chronicroqueuse a dit…

Alors je vous conseille vivement d'aller les faire , ces magnifiques descentes du Guil, l'été prochain, quand la belle saison reviendra !
Et il ne faudra pas oublier vos carnets ! je suis sûre que vous apprécierez !