11.10.15

Vendanges urbaines

Certains murs angevins abritent des parcelles de vignes en plein cœur de ville.
Il y a celle des jardins de l'Hôtel du Département avec une soixantaine de pieds de cépage chenin dont j'ai pu goûté quelques grains aux dernières journées du patrimoine.
Au château d'Angers, une petite parcelle, toujours du même cépage originaire et emblématique de l'Anjou, pousse en retrait des hauts remparts de schiste.
vignes Château d'angers
Dessin au feutre et aquarelle - 2013
De l'autre côté de la Maine, c'est à l'ombre d'une ancienne abbaye qu'une association cultive d'autres ceps de chenin. Vignes en ville regroupe des passionnés qui fin septembre - début octobre, ont vendangé à la main un peu moins d'un hectare cultivé en bio. Les vendanges étaient aussi ouvertes aux néophytes. 

vendangeurs
Dessin au feutre et aquarelle - 2015
chenin
Dessin au feutre et aquarelle - 2015

Les seaux se sont remplis vite, deux pressoirs ont tourné pendant la journée du samedi, promesses d'un pétillant et d'un blanc sec.
panorama
Dessin au feutre et aquarelle - 2015
La particularité de ces parcelles de vignes : quand on est penché sur les ceps à récolter les grappes ou comme moi en dessinant, quand on pique-nique auprès du chai, la ville alentour disparaît. Les bruits urbains s'estompent, le chant des oiseaux s'entend mieux. Et pourtant en levant les yeux, des HLM, une grue réapparaissent. Si près, si loin.

4 commentaires:

Sadami a dit…

Hi, Vanessa, they are beautiful that tell a story of autumn. Best wishes, Sadami

michel davinroy a dit…

bravo Vanessa, on les attendrait ailleurs , mais Angers c' est aussi cela et tes vendanges sont présentées de belle façon !

Marine Jambeau a dit…

super croquis ! j'adore le panorama avec les clochers qui dépassent.

DESCHAMPS Christine a dit…

On se croirait presque en Bourgogne !