10.7.17

Carnet de Bru

La triste nouvelle est tombée en fin de semaine dernière : Bruno Agnès, que nous étions nombreux à connaître sous le nom de Carnet de Bru, nous a quittés brutalement, alors qu'il se préparait, avec son épouse Isabelle, à entamer une nouvelle étape de leur vie, dans une nouvelle ville et une nouvelle maison.  La communauté USk France est sous le choc, car il s'agit là d'une figure incontournable du mouvement, puisque Bruno a été longtemps administrateur du groupe national, ainsi que correspondant du mouvement en Europe.  Nous voulons par cet article lui rendre un hommage ému et exprimer notre gratitude à celui qui, avec talent et bonne humeur, a su accompagner les premiers pas de la communauté en France et imprimer un ton dont il subsistera sans doute toujours quelque chose, parce qu'il était présent dès le début et a laissé sa marque chez chacun de ceux qui avons eu la chance de le côtoyer personnellement.

Un album de dessins et de photos a été ouvert sur la page Facebook d'USk France, auquel chacun est invité à contribuer, mais le fonctionnement des réseaux sociaux est ainsi fait qu'une actualité pousse l'autre.  Nous voulons ancrer plus fermement l'hommage que nous avons envie de rendre à Bruno et le rendre pérenne, car son action était destinée à s'inscrire dans le long terme.  Notamment avec l'organisation de la Rencontre des Suds annuelle, autour d'Hyères, et la création du groupe Flickr Carnets de croqueurs, où beaucoup de sketchers publient aussi leurs dessins.

Petite notes rapides autour d'un barbecue.
Pour ma part, j'aimerais revenir sur les occasions qui nous ont réunis, Isa, Bru, parfois leurs compagnons quadrupèdes et moi, depuis que j'ai rejoint les rangs de la communauté des acharnés du croquis, en 2013.  La première rencontre a eu lieu à Sète.  Bru ne mettait pas de photos de lui sur Internet, et je ne connaissais que ce petit avatar énigmatique qui le montrait vu d'en haut dans son atelier, dans ces teintes bleues typiques de lui, comme s'il posait sur notre monde un regard distancié, ce qui n'était pas si éloigné de la réalité, en fait.  Je crois que je l'ai découvert en chair et en os au cimetière marin et en écrivant ces lignes, je ne peux m'empêcher de considérer ce que ce premier contact pouvait avoir de prophétique.  Mais ne cherchons pas des signes partout, ce qui compte, c'est la chaleur humaine que j'ai tout de suite ressentie à son contact, qui allait se confirmer l'année suivante, quand Isa et lui allaient débarquer à Tonnerre, mon coin de l'Yonne, avec leur camping-car.  L'occasion d'un premier apéro sur le terrain de camping municipal, avec un petit rosé qui allait sceller fermement notre amitié.

J'avais tenté de goupiller un petit safari dans les alentours, avec un passage notamment à Cruzy-le-Châtel pour une foire agricole, où l'église locale allait réjouir son œil averti d'architecte.  La sûreté de son trait m'avait alors ébahie, ainsi que la somme de connaissances qui était la sienne, dont il savait faire profiter les gens sans les assommer, marque d'un caractère affable et humble.  Assorti d'un appétit de vivre de fort bon aloi dans notre région de gastronomie.  Il reparlerait encore longtemps de cette fameuse pizza aux escargots improbable dont il s'était régalé à la Crêperie du port de Tanlay.

Ça, c'était avant de l'avoir goûtée, on sent le doute, quand même...

Détente et concentration à la fois, ce doux mélange cher au croqueur.
 Nous nous sommes revus récemment, à Besançon, en mars.  Isa et lui avaient profité de l'invitation de Marie-Odile pour se prévoir un périple doubiste et revoir des amis du coin.  Une météo exécrable a mis un terme prématuré à leur séjour, et là encore, les mots ont une résonance étrange.  Nous avons néanmoins eu le temps de parler de leurs aventures récentes, en feuilletant leurs carnets si pleins de vie, qui montraient l'émerveillement qui était le leur lors de chaque étape de leurs nombreux voyages.  J'avais bien évidemment imaginé, et souhaité, partager encore bien des aventures graphiques avec eux deux.  Mais les amitiés de sketchers ont ceci de particulier qu'elles sont épisodiques et soumises aux intempéries, ce qui ne les empêche nullement d'être solides et profondes.  C'est quelque chose de tout à fait particulier, vous savez certainement de quoi je parle.  

Un des derniers dessins postés par Bru
Je regarde les dessins de Bru, et j'éprouve comme toujours cette présence qui les animait. Ils resteront pour qu'on continue à boire à la source créative que nous partageons tous, claire et légère, comme ces atmosphères du Sud qu'il retranscrivait si bien.  Bon voyage à toi, Bru, n'oublie pas de croquer et sache que nos prochains dessins te seront forcément un peu adressés...




4 commentaires:

Caroline Manceau a dit…

Merci Christine pour ce bel hommage.
Il nous pousse à continuer à trouver tous les prétextes pour gribouiller entre amis passionnés dans de très beaux endroits et toujours avec convivialité et bienveillance.
Caro

Jean-Yves Sauze a dit…

Merci Christine pour ce tres bel hommage. Je n'ai pas connu Bruno autrement que virtuellement mais ses dessins et leur atmospheres traduisaient integralement l'image que tu decrit.
Une bien triste nouvelle qui vient encore une fois irradier de toute sa douleur sa femme et ses proches.
Il ne nous reste plus qu'a croquer et encore croquer pour rendre compte de chaque instant vu et vecu et qui lui rendent hommage,
amicalement,
Jean Yves

Marc Dejoux - Carnets et Détours - a dit…

Merci Christine pour tes mots justes. Nos relations entre sketchers ont une particularité c'est que nous nous connaissons en fait plus intimement qu'il n'y parait à travers nos dessins. Nos rencontres scellent et confirment souvent ce que nous savions déjà...
Première rencontre avec Bruno et Isa en 2014 à Leucate ou nous avions dessinés les étangs de la butte du château dans un vent épouvantable.
Dernière, en Juin à Carcassonne.
- Alors quant est ce qu'on se vois Marc ?
Les yeux de Bruno dansent et racontent mille choses...

Marc

michel Davinroy a dit…

Christine , merci pour cette hommage à Bruno, tu exprimes tellement bien ce que j' ai ressenti lors de nos rencontres avec lui et Isabelle . En espérant nous revoir bientôt pour prolonger sa présence .amitié , michel