18.7.19

Une journée sur un bateau de pêche à Lorient

Pour la fête du port de pêche de Lorient, le we des 15-16 juin, les USK de Lorient étaient invités à embarquer pour une journée de pêche sur un bateau. Nous avons été 6 à relever le défi finalement. Chaque sketcher embarquait sur un bateau différent pendant la semaine qui précédait la fête, et les croquis ont été exposés sous chapiteau pendant le we.

J'ai embarqué le jeudi 13 juin à 3h du matin sur la Belladone, un fileyeur, avec Renaud (le patron pêcheur, Fabrice et Souleymane, son équipage

Cela bougeait beaucoup sur le bateau, j'ai donc fait les croquis sur place, très rapidement, et j'ai aquarellé le lendemain à la maison (j'avais mis des indications de couleur sur les croquis). J'ai noté ce que je voyais ou entendais, afin de faire un petit reportage de cette journée











De retour vers 13h30 sur les quais du port. Même pas malade, mais bien fatigué quand même.
Je suis revenu avec une "godaille" (deux belles raies !!)
Une expérience inoubliable sur ce bateau, que je suis revenu croquer à quai plus tard


15.7.19

Place du Palais Royal, paris 1er arrondissement, post-scriptum

---

Vous avez pu découvrir mes premiers dessins et aquarelles du Palais Royal à Paris sur un article paru en juin.  Je partage avec vous les travaux suivants.

Tout d'abord une vue depuis la Place Colette avant de poursuivre sur la cour sur laquelle se dressent les colonnes de Buren.

---


---


---

Un passage couvert élégant supporté par une enfilade de colonne invite le visiteur à poursuivre ses découvertes avant d'accéder au jardin.

---


---


---

Et c'est sur ce fameux jardin rectangulaire et ombragé que j'achève ce récit.

---


---



---

C'est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

---


8.7.19

Musique, couleurs et supports...

Musique, couleurs et supports...

J'adore dessiner les concerts.
Premier dessin: concert de jazz dessiné sur un sac en papier craft trouvé par terre. Je joue avec les accidents du papier froissé. 

Deuxieme dessin: feutres acryliques et une tube de la peinture acrylique avec un gros pinceau.
3. Carton de récupération + feutres et la peinture acrylique avec un pinceau totalement sec :D


4. J'ai decidé d'explorer les possiblités offertes par les supports de récupération: quelques dessins sur des assiettes en carton trouvées dans une poubelle lors d'un festival de musique. Oui, c'était un peu honteux sur le moment... mais tout est possible pour l'art :D


 Quelques jours après, j'ai quand même acheté un nouveau sketch book, mais je dessinerai encore sur les supports abandonnés afin de leur donner une deuxième vie.
sur les dessins suivants : j'apprivoise les feutres rechargeables.

Au concert de musique: il faisait chaud!




  J'ai mélangé deux événements: le spectacle de la dance contemporaine et des croquis de restaurant



Parfois, je dessine au feutre noir aussi:


Mais la plupart de temps je préfère la couleur

J'ai découvert l'instrument qui s'appelle: la viole d'amour

A la fin de concert j'ai reussi à faire ce que je voulais, car le sujet était étudié:


4.7.19

L'Autre ligne - les Urban sketchers nantais exposent

L'été est bien là et pour une fois, la chaleur caniculaire qui va avec, même à Nantes, pourtant à la frontière de la Bretagne... 

Cet été, du 1er juillet au 24 août, les Urban Sketchers nantais exposent leurs croquis sur 7 thèmes différents, réunis sous le titre "L'autre Ligne", en clin d'oeil à la ligne verte du Voyage à Nantes. De Nantes la Tordue au Chemin des Remparts, des cafés-librairies nantais à l'Eau dans la ville, du Voyage dans Nantes aux Arbres urbains et enfin sur les traces de Jacques Demy, c'est une perception poétique qu'ils vous offrent et une invitation à regarder d'un oeil neuf l'environnement urbain.

"Ruisseau au Jardin des plantes" Fabienne Raimbaud

L’
 EAU dans
 la ville

«La ville de Nantes regorge de lieux évocateurs de son passé maritime lorsque les capitaines au long cours ramenaient de leur voyage des plantes et des denrées exotiques. Ses anciens chantiers navals, ses quais qui longent la Loire sont autant de sujets à croquer. C’est l’eau qui m’a inspirée. Raconter la ville à travers son élément fondateur. Les confluences de l’Erdre, de la Sèvre Nantaise et de la Loire sur lesquelles Nantes s’est bâtie. 

Dans la continuité de mon travail sur la Sèvre Nantaise, concrétisé par la parution d’un livre d’aquarelles, j’ai voulu témoigner de l’importance de la présence d’un fleuve et de ses affluents dans la vie des hommes.

La coulée bleue s’avance dans la ville, on la retrouve au gré des déambulations. Nantes, ville d’eau, invite au voyage et au carnet de voyage. »


"Lieux de tournage" Stéphane Le Pessot
Sur les pas 
de JACQUES
DEMY
« J’avais trouvé il y a longtemps un dépliant proposant une visite de Nantes à travers le monde de Jacques Demy. Cette exposition a été l’occasion de revoir les films et de me balader sur les traces des personnages dans la ville. Lola, une chambre en ville et bien d’autres au titre évocateur. Les films sont indissociables des lieux. Voir le monde comme un film avec des décors très colorés. Entre réalité et décor de cinéma.

C'est aussi voir Demy intime dans l'ancien quartier des tanneurs. L'autre intérêt c'est d'observer l'évolution de la ville, les lieux qui ont disparu, ceux qui sont cachés. Le comblement des rivières, le quartier du quai de la Fosse et de l'île de Nantes. Un voyage à Nantes en cinémascope. »


"Le Nantes des Compagnons" Gilbert Héry
Nantes Tordue
« Le croquis est avant tout (pour moi) une histoire de rencontres : rencontre avec un paysage insolite, avec un défilé de bâtiments, une série de bateaux de pêche... 

L’histoire a commencé en 2015 lors de ma deuxième année de retraite, au détour d’une descente de la Loire à vélo. J’avais projeté de remplir mon premier carnet de croquis et ce fut une réussite simplement avec des crayons de couleur. Après Saumur je suis resté en extase devant cette Loire Grandiose Royale : premier croquis avec au premier plan une femme et ses enfants se reposant près de leurs vélos. Le soir au camping j’ai retrouvé cette même dame qui s’est reconnue sur le dessin et depuis les rencontres n’ont jamais cessé. 

Un jour Serge me remarqua dans la galerie d’une grande surface en train de dessiner des voitures anciennes et m’a parlé des USK, ce fut le début d’une autre histoire... 
Avec un minimum de matériel l’instant présent est saisi sur le papier. À chacun d’ôter ce qui est dérangeant ou d’ajouter vélos, voitures ou couleurs pimpantes à condition de respecter la bonne ligne, celle construite devant nos yeux. »


"Au delà des Saules" Charline Moreau
Au delà des
Arbres
«   Ce qui me vient en tête lorsqu’on évoque la ville de Nantes, c’est tout simplement sa proximité avec la nature. Où que l’on se trouve dans la ville, il ne faut que quelques minutes à pied ou à vélo pour s’extirper du brouhaha urbain et se retrouver au coeur d’un parc ou d’une place arborée, et profiter d’un moment paisible, en harmonie avec le végétal.

Je me suis amusée à croquer des lieux emblématiques  ou bien personnellement symboliques de Nantes, en utilisant les arbres comme outil de cadrage. Le feuillage, le tronc ou bien l’ombre des saules, des peupliers, des chênes ou d’un cyprès chauve viennent composer avec le sujet nantais, lui conférant une ambiance particulière et unique.

Chaque dessin réalisé in situ marque ma mémoire d’une empreinte quasi inaltérable : couleurs, lumières, sons, conditions climatiques et rencontres du moment sont enregistrés sur la page. »

"Légumes exotiques" Aliette Gousseau 



Voyage DANS 
Nantes

« J’ai commencé à dessiner in situ dans des festivals de danses et musiques folkloriques du monde puis pendant mes voyages. J’ai donc - dès le début de ma pratique - associé le dessin in situ à l’extraordinaire et à «l’extra-quotidien». Alors, tout naturellement, ce thème du voyage DANS Nantes s’est imposé. Je suis partie à la recherche de tout ce qui évoque l’ailleurs dans la ville. Je me suis intéressée à Nantes la cosmopolite.

J'ai dû mener l'enquête pour réaliser cette exposition : en effet, je suis installée à Nantes depuis 4 ans et je suis encore loin d'en connaître tous les recoins. Mes promenades se sont transformées en expéditions ! J'ai demandé au grand Vénérable s'il voulait bien que je dessine la pagode de Saint-Herblain. J'ai fait la connaissance d'un producteur de légumes exotiques installé à Mauves-sur-Loire et qui vend ses produits, chaque samedi matin, sur le marché de la petite Hollande. Je suis allée me réfugier parmi les animaux de la savane et de la jungle tropicale. J'ai eu chaud entourée de cactus. J'ai failli m'acheter une perruque à Bouffay...»


Sur le sentier des REMPARTS
"Sur le sentier des Remparts" Serge Nédélec

« Un circuit à travers l'histoire à 15m de haut, parcourue par une population hétérogène. Ce site gratuit, facile d'accès, offre un lieu retiré de la frénésie de la ville. Au détour d'un escalier ou d'une courtine, on chemine sur les traces de l'évolution de la ville et de la Bretagne. Cette ceinture concentre à la fois une forteresse, un palais, un arsenal, une prison et un musée. Entre les créneaux, on peut suivre parfois des manifestations, une fête foraine ou des spectacles dans ses douves.

J'ai toujours eu ce besoin de dessiner, mais depuis quelques années c'est devenu primordial. Avec le collectif des Urban sketchers, je me suis mis à "croquer" à l'extérieur et à échanger avec d'autres dessineux. Avant je prenais l'appareil photographique dans mes balades,  mais aujourd'hui un bloc et un stylo m'accompagnent le plus souvent. Pendant quelques minutes le temps s'arrête, une bulle se forme autour de moi et des traces apparaissent sur le papier par le cheminement de ma main. »


Les cafés-librairies
"Les Biens Aimés" Anne Brisse

« Ce qui me plaît à Nantes, c'est la diversité des lieux culturels que l'on peut visiter librement et la motivation des nantais à faire vivre ces espaces. Les cafés-libraires sont des lieux riches en découvertes qui offrent un rapport intime aux livres. Trois lieux ont retenu mon attention : les Biens-Aimés, le Loo et le Petit b.

J'ai passé du temps à croquer dans ces lieux, assise et attablée ou debout, me faisant toute petite. Cela a été une expérience émotionnelle très enrichissante, j'ai observé des hommes et des femmes captivés par leurs lectures, pouvant difficilement s'en arracher et leurs enfants impatients de s'en aller !Tout en dessinant, j'ai écouté les discrètes conversations, toutes sortes de dialogues aux sujets politiques, culturels, humains. J'ai capté les attitudes des personnes créatives, qui viennent passer un moment dans un café-librairie pour s'adonner à l'écriture ou au dessin. Une ambiance apaisante et calme se dégage de ces espaces de vie, l'inspiration flotte autour de vous. Chaque dessin réalisé in-situ ouvre mon regard, me motive pour poursuivre mes projets artistiques et me permet d'élargir mon champ de réflexion. Ce travail est pour moi le début d'un reportage dessiné concernant l'ensemble des cafés-librairies de l'Ouest. »

Vernissage le 5 juillet à 18h30 à la Géothèque (14 rue Racine) - Exposition du 1er juillet au 24 août Entrée libre, dessins exposés à l'étage.

On vous attend nombreux ! :)
Les Urban sketchers nantais


29.6.19

"Soufflez donc, furieux tourbillons..."


Au cours de cette année, j’ai pu assister à des représentations d’Angers Nantes Opéra. Mi-juin, l’institution lyrique a donné au Théâtre Graslin (Nantes) "Le Vaisseau fantôme", un opéra en trois actes et en allemand de Richard Wagner. En parallèle, l’opéra était diffusé sur grand écran à Rennes et Angers, en plein air. Alors, le soir de la représentation, munie d’un coussin de chaise pour m’asseoir sur les marches de la place du Ralliement (bien apprécié avec une durée de 2h15 !), j’ai assisté à l’opéra.
Arrivée en avance, j’ai patienté en dessinant l’écran géant sur la place et quelques spectateurs. Au cours de la représentation, j’ai « complété » l’écran avec une scène de l’acte II : Senta fascinée par la légende du capitaine du Vaisseau fantôme, Erik son prétendant qui lui parle de mariage et le Hollandais qui parait et à qui Senta jure fidélité à mort.
La mise en scène plaçait les chanteurs dans un bassin rempli d’eau. La présence de cet élément liquide ajoutait une dimension supplémentaire presque fantastique avec le bruit des clapotis, l’effort des choristes, la brume à la surface, les reflets lumineux bleu nuit ou rouge intense. 
Aussi bien menée fut la captation en live et sa diffusion sur grand écran, permettant les focus sur les visages et ainsi bénéficier des expressions intenses, des jeux de regards,  je regrette de n’avoir pas vu la représentation dans l’obscurité de l’opéra, pour être isolée des bruits d’une place ouverte aux va et vient des passants, et des terrasses de café qui de temps en temps détournaient l’attention.


190613_Vaisseau_fantome

Mais l’initiative d’accessibilité de l’opéra à tous est belle et fonctionna ce soir-là. Cette ouverture faisait suite à des ateliers amateurs de chant ou comme un dimanche de mai, à une séance en live dans la bibliothèque municipale. Le chœur masculin d’Angers Nantes Opéra et un des solistes du "Vaisseau fantôme" ont chanté quelques extraits d’œuvres. Croquis au crayon suivi a posteriori de la mise en couleurs.

19051_solistes

Plutôt dans l’année, c’est l’oratorio "San Giovanni Battista" d’Alessandro Stradella qui était à l’honneur. Privilégiée, j’ai pu assister à une première représentation dans une église du quartier Montplaisir, à moins de 5 mètres des musiciens du Banquet céleste qui ont sublimé la partition en se répondant entre un concerto grosso et un concertino. 
Lors du premier acte, les solistes chantaient dans l’allée entre les spectateurs ! Cette proximité de jeu et de chant !! La suite de la mise en scène à travers l’architecture du palais et la recherche des costumes sublimait la beauté des voix.  J’avais pu d’ailleurs avec des lycéens rencontrer le créateur des costumes qui nous a présenté ses choix, ses souhaits et les contraintes.
En avril, le même oratorio était donné dans l’église où je travaille. De permanence, les deux soirs de la représentation, à plus de 40 mètres de la scène cette fois-ci, c’était toujours aussi beau même si la distance nuançait l’émotion communiquée. De mon poste à l’accueil, j’ai dessiné le plateau dans le chœur de la collégiale, les silhouettes lointaines des solistes pour garder trace de la représentation et ancrer l’émotion initiale.

190430_San_Giovanni_Battista
"Soufflez donc, furieux tourbillons...", extrait de San Giovanni Battista, 

23.6.19

Place du Palais Royal, Paris 1er arrondissement

---

Dans le cadre de mes promenades graphiques parisiennes, je vous emmène à travers cet article, place du Palais Royal, et pour commencer, par son accès par la place Colette, sur laquelle vient se terminer l'avenue de l'Opéra.

---


---

L'accès depuis la Place Colette nous mène droit sur les colonnes de Buren. Pour rappel, cet ensemble architectural harmonieux abrite la Comédie Française, le Conseil d'Etat, le Conseil Constitutionnel et le Ministère de la Culture (en données 2019).

Les dites colonnes de Buren au nombre de 260 ont été erigées dans la cour d'honneur en 1986.

---


---

Un passage couvert élégant supporté par une enfilade de colonnes invite le visiteur à poursuivre ses découvertes.


---


---

Voici le jardin entouré de galeries, aujourd'hui symboles de l'élégance et du bon goût, autrement dit, se référant à ce qui se définirait comme du "haut de gamme". Cela n'a pas toujours été le cas. Si certains cafés existent encore, les maisons de jeux ont, quant à elles disparues.

---


---


---


---


---

Et c'est sur le détail d'une fenêtre que j'achève ce récit.

---


---

C'est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

---