20.9.16

Quelques patrimoines accessibles !

Ce week-end était tourné vers la culture, voir ce que l'on ne voit pas habituellement et le partage du bitume pour parfois attendre… Les Journées Européennes du Patrimoine. Les JEP pour les intimes.

Cette année, un mail de Radio France vu à temps nous a permis de réserver des places pour venir suivre la répétition de l'orchestre de Radio France, samedi après midi, dans le Grand Auditorium.
C'est l'occasion de combiner  le plaisir des yeux et celui des oreilles!
C'était la première répétition de la symphonie n°1 de Mahler. Étant moi-même musicien amateur (Clarinettiste dans l'orchestre EDF), j'ai eu un plaisir amusé de voir que les pros sont aussi dissipés que nous, les amateurs, et finalement ne donnent aussi le meilleur d'eux même qu'après 20 minutes de répétition !
Par contre ils jouent juste tout le temps, ont de splendides intentions musicales… ça c'est parfois plus dur à obtenir pour nous (et tous en même temps) !

Hall de Radio France. Dans la réalité le ciel étais gris mais ça ne m'amuse pas de peindre du gris !

Je profite des quelques minutes avant le début de la répétition pour croquer les balcons et l'orgue de l'auditorium. Ce qui est étonnant c'est que le croquis est fermé, exactement à l'image de cet auditorium. Il ne laisse pas la place pour échapper le regard. C'est finalement logique puisque construit en cercle autour de la scène, il est très focalisant.
Grand Auditorium de Radio France
Je pense tenter une série "auditorium" de Paris puisque je vais jouer en juin prochain à la Philharmonie… beau sujet de croquis !
C'est après un second concert, de musique de Chambre, au studio 104, que nous concluons cette journée Sketch'and'music!

Le dimanche étais l'occasion pour moi de retrouver quelques collègues croqueurs parisiens à la piscine Molitor. Le sort du succès de son ouverture exceptionnelle en a décidé autrement. Cette piscine des années 30 a été transformé en hôtel ***** depuis un an. Impossible d'y accéder en temps normal, bilan, 2 heures de queue. Du coup, je me suis échappé dans les serres d'Auteuil, ayant peu de temps devant moi pour profiter.
La rencontre avec ce lieu m'a charmé. Il n'est pas si aisé de le croquer car les serres sont massives et la régularité de leurs structures difficiles à capter. Qu'à cela ne tienne, l’intérieur et les plantes m'ont autant inspiré que les bâtiments.
Serres d'Auteuil, dédié aux orchidées
J'ai regretté de ne pas pouvoir rester et profiter plus de ce calme, mais je prévoit d'y retourner pour faire une thématique fleur et plantes!
Serre d'Auteuil, l'exotisme végétal surmonté d'un clocher bois plutôt Normand ?

1 commentaire:

Nieder Eric a dit…

MERCI POUR CES PETITES VISITES PATRIMONIALES