24.2.24

Les neuf écluses de Fontsérannes à Béziers, début 2024

0-0-0

Ce début 2024 n’échappant pas à ce qui va devenir courant ces prochaines années, surtout dans le Sud, à savoir des hivers plus doux et ensoleillés, je vais vous faire partager quelques visuels sur le site des neuf écluses de Fontsérannes à Béziers.

En guise d’introduction, je vous partage deux pièce graphiques, d’une vue en aval à partir du septième bassin, peintes lors d’un passage en été pour la première (retouchée numériquement, par la suite) et en hiver pour la seconde.

0-0-0

0-0-0


0-0-0

Viennent ensuite trois visuels datant du début de l’année, dessinés et peints dans des conditions météorologiques exceptionnelles.

Le premier à partir du septième bassin.

0-0-0


0-0-0

Le second, à partir du cinquième bassin, situé au pied du pont.

0-0-0

0-0-0

Et le troisième en amont de l’escalier d’écluses.

0-0-0


0-0-0

Je ne terminerai pas cette publication sans y ajouter quelques réflexions personnelles que m’inspire une publication lue sur un blog à propos de l’intelligence artificielle et chat GPT en particulier.

Je m’y suis penché à mon tour et, n’étant pas totalement satisfait sur la définition des écluses de Fontsérannes, j’ai proposé la description suivante.

« Le site des écluses de Fonserannes, qui peut s’orthographier différemment, comme Fontserannes, est un exemple d’ingénierie hydraulique du XVIIe Siècle, conçu sous la supervision de Pierre-Paul Riquet, dans le cadre des travaux du Canal du Midi (« Canal royal DE Languedoc » au moment de sa création), voie d’eau permettant de transporter des passagers (sauf le bourreau) et des marchandises sur le territoire du Royaume de France entre l’Atlantique et la Méditerranée, sans devoir contourner la péninsule ibérique par le détroit de Gibraltar. Sa construction visait à répondre au défi technique de devoir élever ou abaisser les embarcations le plus rapidement possible sur un dénivelé de 21 mètres sur une distance orthodromique (à vol d’oiseau) très faible entre l’arrivée du canal au point le plus haut, et le fleuve Orb.

A l’origine, et dans le sens Toulouse-Sète, l’ouvrage était composé de 8 bassins successifs, suivi d’un bief de 700 mètres menant sur le port Notre-Dame qui précédait le 9e bassin avant que le canal du Midi ne se jette dans l’ Orb et reprenne sa progression un peu plus loin, en aval à partir du lieu-dit du pont Rouge.

Depuis 1858, afin de protéger le Canal du Midi des crues du fleuve qui interrompaient la navigation, un nouveau tracé fut créé à partir du 7e bassin, comprenant 2 nouveaux biefs, retenus par 2 nouvelles écluses, dite de l’Orb et de Béziers, un ouvrage remarquable, le pont-canal de l’Orb, enjambant le fleuve, et un nouveau port ayant la vocation de remplacer le port Notre-Dame. Le nouveau tracé rejoint le tracé originel en provenance du pont Rouge en aval de l’écluse de Béziers. Depuis la création du nouveau tracé, les 8e et 9e bassin, le bief et le port Notre-Dame sont désaffectés, autrement dit, cet itinéraire est devenu un « bras mort » du canal du Midi. »

0-0-0


0-0-0

Par ailleurs, voici la définition que donne chat GPT sur le fonctionnement d’ une succession d’écluses :

  1. Entrée du bateau : Le bateau entre dans la première écluse de la série.
  2. Fermeture des portes : Une fois que le bateau est à l’intérieur de la première écluse, les portes à l’entrée de cette écluse sont fermées.
  3. Remplissage ou vidange de la chambre : Les vannes sont actionnées pour permettre à l’eau de la partie supérieure ou inférieure du canal de remplir ou de vider la chambre d’écluse. Si le bateau doit monter, la chambre se remplit d’eau, élevant ainsi le bateau. Si le bateau doit descendre, l’eau est vue de la chambre.
  4. Ouverture des portes à l’aval : Une fois que le niveau d’eau dans la première écluse est égal à celui de la partie supérieure ou inférieure du canal, les portes à l’aval de la première écluse sont ouvertes.
  5. Déplacement du bateau : Le bateau avance dans la deuxième écluse à mesure que le processus se répète. Ce processus se répète successivement jusqu’à ce que le bateau ait traversé toutes les écluses et atteigne le niveau supérieur ou inférieur du canal.

Les successions d’écluses sont des solutions ingénieuses pour surmonter des obstacles topographiques, comme des collines ou des montagnes, et permettent aux voies navigables de maintenir un niveau d’eau stable sur des distances plus longues. Ces systèmes ont été utilisés historiquement pour le transport de marchandises, et aujourd’hui, certaines successions d’écluses sont devenues des attractions touristiques en raison de leur ingénierie remarquable et de leur histoire. »

C’est tout, …pour le moment.

Nicolas globe croqueur.

0-0-0

7.1.24

2024

0-0-0

0-0-0

Tout mes meilleurs vœux pour cette année qui débute, et, à défaut d’une année de paix (je n’y crois plus beaucoup, hélas !!!, surtout avec ce qui se passe en Ukraine et en Israël), au moins, que celles et ceux qui pratiquent une activité picturale, donc qui apportent un peu de beauté dans un monde ou il y a tellement de laideur, puissent toujours puiser leur inspiration autour de la créativité malgré le pessimisme ambiant.

Pour commencer l'année, je vous présente la dernière partie de mes escapades printanières en Provence en 2023 en abordant quelques villages du Luberon, essentiellement sur son versant Sud.

Je commence par Cadenet situé au pied de l'oppidum du Castelar, avec un panoramique sur ce magnifique endroit en deux traitements graphiques.

0-0-0


0-0-0


0-0-0

Accéder à l’Oppidum, mis à part l’intérêt historique qu’il représente, offre des vues panoramiques à couper le souffle sur Cadenet, la vallée de la Durance et le versant Nord-Ouest de la Montagne Sainte-Victoire, au loin.

0-0-0


0-0-0


0-0-0


0-0-0

Direction Vaugines, avec, pour commencer, une vue générale du village...

0-0-0

0-0-0

... avant de poursuivre par l'église Saint-Pierre et Saint-Barthélemy, et sa place, décor extérieur d’une scène du film de Claude Berri, « Manon des sources » ou se dénoue l’intrigue de l’histoire...

0-0-0

0-0-0

0-0-0

... et de terminer par la place principale avec sa fontaine végétalisée.

0-0-0

0-0-0

Pour terminer, voici le village de Roussillon, sur le versant Nord du Grand Luberon.

0-0-0

0-0-0

Bonne année à toutes et à tous. J'aurais le plaisir de découvrir aussi ce que les autres contributrices et contributeurs publieront ici.

Nicolas globe croqueur.

0-0-0










21.11.23

Le Rendez-vous international du Carnet de voyage

On le sait tous ici, être un Urban Sketcher, c’est quelque chose d’extraordinaire. C’est ce que je me suis dit plusieurs fois ce weekend du 19 novembre en visitant le superbe Rendez-vous international du Carnet de voyage de Clermont.

J’y ai dessiné évidemment mais j’ai aussi rencontré des gens tellement agréables et talentueux. Des Urban Sketchers, il y en avait partout. Parmi les exposants bien sûr, par exemple sur le stand USK Clermont Ferrand mais aussi parmi les visiteurs.

Un croquis pendant le rendez-vous et plusieurs USK s’arrêtent, « vous êtes USK? ». On échange sur nos lieux respectifs, on s’apprécie. C’est simple.

Et il y a les gens qui nous impressionnent. J’ai la chance de connaître Gabi Campanario et nous nous retrouvons pour ce weekend. Tout le monde le connaît et il connaît énormément de monde. On rencontre et on discute avec Lapin, Rita Sabler, Nicolas Loustalot, Valérie Guitter, Marielle Durand, Thierry Chehab et Sylvain Cnudde, Gilles Rabiot, Adele Heguy-Leyris.

En image !

Mes croquis du weekend




Le Polydôme



L’affiche du Rendez-vous 2023

En compagnie de Gabi Campanario et Lapin.

Visite du stand de Nicolas Loustalot


Séance croquis au Puy de Dôme, obligatoire!

Des livres, des beaux livres partout, tellement inspirants.

Le stand de Lapin

Le lieu est très grand.

Démo live de Gilles Rabiot.

 




Rita Sabler, qui a reçu un prix.
Passage chez Hahnemühle

 

18.11.23

Escapades provençales 2023 (3)

 

0-0-0

Voici le troisième article sur mes escapades provençales, accompagné de visuels réalisés dans le cadre d’un stage d'aquarelle et accompagné d’un groupe de participant(e)s sympathiques.


Je vais aborder ici la ville de Saint-Chamas, son port en particulier avant de terminer par le le Lavoir des contagieux.


En cette journée ensoleillée, nous sommes arrivés au port de bon matin, au moment ou les pêcheurs ramenaient des anguilles.

0-0-0


0-0-0

Le port nous offre plusieurs spots ou nous pouvons dessiner et peindre avec plaisir.

0-0-0



0-0-0


0-0-0


0-0-0

J’attire votre attention sur les outils de travail des pêcheurs qui nécessitent un soin constant et régulier, comme repeindre, ou vérifier l’étanchéité des coques des bateaux ou recoudre les filets de pêche.

0-0-0

0-0-0

Avant de nous rendre sur le site du Lavoir des contagieux, un petit détour par le centre ville et son pont de l’Horloge. Un aqueduc, sur en pierre, traversé par le canal de Guéby, remplace un ouvrage en bois fut édifié entre 1868 et 1869. l’horloge fut ajoutée en 1902.

0-0-0


0-0-0

Je terminerai par le Lavoir des contagieux. 

0-0-0


0-0-0


0-0-0

C’est tout,… pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

0-0-0


7.11.23

Rencontre USk Nevers à Clamecy

Nos amis sketchers de Clamecy en étaient le week-end du 28 octobre à leur troisième rencontre régionale, à l'instigation de Yolande Brenas. Comme nous sommes presque voisins, nous étions deux tonnerroises à assister à ce petit rassemblement au musée de Clamecy, prévu à l'abri en raison d'une météo incertaine. Je ne suis pas une acharnée du dessin à l'intérieur, mais les salles du musée Romain Rolland offraient malgré tout de jolies occasions de remplir les carnets. En prime, la météo nous a permis une escapade dans les rues de Clamecy, le temps d'une petite scène d'extérieur. A l'issue de cette fructueuse journée, nous avons sacrifié aux rituels USk : le généreux tamponnage des dessins - mon activité préférée -, dans le hall du musée, la photo de groupe et l'étalage de notre récolte graphique, sous les yeux de M. Jacquemin, directeur du musée, qui avait proposé de conserver un de nos sketchs dans le fonds de son musée. J'ai eu la bonne surprise de voir l'un des miens retenu. Je me demande si l'urban sketching ne fait pas là son entrée officielle dans un musée... Connaissez-vous un préalable ? En tout cas, à la place du directeur, j'aurais eu le plus grand mal à choisir tant les sketchers nivernais offrent des styles différents et savent capter leur environnement de sorte à donner envie de revenir en profiter à leurs côtés !
Ce sketch tente de donner un aperçu de la richesse des collections du musée de Clamecy, avec une jolie petite sculpture d'une jeune fille nourrissant des poussins, un tableau à l'huile offert à François Mitterrand pendant ses mandats (parmis 400 autres!) et la reproduction d'un portrait de l'affichiste Loupot, qui vivait avec une jeune femme originaire de la ville. On lui doit notamment la très reconnaissable graphie de la marque St-Raphaël, qu'on a tous vue dans les bistrots de notre jeunesse.

25.10.23

Week-end découverte à Tonnerre

Le Tonnerrois en Bourgogne est devenu le refuge de bon nombre d'habitants de la région parisienne qui ont souffert dans leurs habitations réduites durant la période de confinement. Ou plus simplement qui sont tombés sous le charme de ce territoire rural peinant jusque là à se maintenir la tête hors de l'eau. Et de son patrimoine. Ma voisine Fabienne est de ces nouveaux venus et elle a concouru le week-end dernier à partager son attachement au Tonnerrois avec six sketcheuses parisiennes de ses connaissances, descendues tout spécialement pour croquer avec nous. J'avais battu le rappel des croqueurs locaux, et nous nous sommes retrouvés, autochtones et visiteuses, autour de l'église St-Pierre le samedi matin, et de la désormais fameuse Fosse Dionne l'après-midi. Je dis fameuse car elle bénéficie depuis quelques années d'une couverture médiatique régulière et d'une certaine notoriété parmis les sketcheurs, que j'invite régulièrement à poster leurs dessins réalisés sous ses charpentes ici.
Le lendemain, nous avons consacré la journée à écumer le village que Fabienne et moi habitons, Tronchoy, traversé à la fois par le canal de Bourgogne et l'Armançon, qui se jette dans l'Yonne, dans laquelle se jette la Seine, pour boucler la boucle graphique que nous avons amorcée.
Là encore, la récolte a été bonne - en raison également d'une météo très favorable, qui nous a permis de dessiner en plein air malgré des prévisions plutôt déprimantes.
Ces deux jours conviviaux nous ont donné à toutes l'envie de recommencer à la prochaine occasion, bien entendu, à laquelle vous serez tous conviés à vous joindre, probablement au printemps. Tonnerre et les petits villages alentours méritent bien un petit détour...

7.10.23

Escapades provençales 2023 (2)

0-0-0

Voici le deuxième article sur mes escapades provençales, accompagné de visuels réalisés dans le cadre de rencontres entre aquarellistes fin mai-début juin 2023.

Je vais aborder ici deux sites antiques, le Pont Flavien à Saint-Chamas et le Temple de Diane, situé sur le Domaine de Château-Bas, à Vernègues.

Je commence donc par cet ouvrage du Ier siècle, qui enjambe la Touloubre, sur lequel passait la voie romaine qui partait de Marseille et rejoignait la via Domitia en Arles. Il a été restauré au XVIIIe siècle et, de nos jours, plus aucune route ne le traverse, ses dimensions ne correspondant plus aux gabarits actuels, même pour une circulation à sens unique. La voie moderne passe à quelques mètres pour le plus grand plaisir des promeneurs qui ont ainsi tout à loisir de l’admirer… et de le dessiner ou peindre.

0-0-0

0-0-0


0-0-0


0-0-0

Direction plus au Nord, aux portes de la Durance et du Luberon, se trouve un domaine vinicole qui abrite le Temple de Diane qui date, très certainement de le période entre la 30e et 20e décennie avant notre ère. Il s’intégrait dans un ensemble composé d’habitations, de bâtiments thermaux et agricoles et se place face à une source grâce à laquelle fut très certainement choisi l’emplacement du monument. Il fut probablement et logiquement dédié à une divinité culte de l’eau grâce à son emplacement près de la source.

0-0-0


0-0-0




0-0-0

A noter qu'une chapelle, dédiée à Saint-Césaire, à l’architecture romane provençale, a été ajoutée au mur oriental du Temple. 
 
C'est par ces deux visuels ci-dessous que j'achève cette publication.

0-0-0


0-0-0


0-0-0

C'est tout, pour le moment !!!

Nicolas globe croqueur.

0-0-0