12.10.17

Rencontre nationale 2018

A vos agendas, la rencontre annuelle des USK France à Aix-en-Provence les 1, 2, 3 et 4 juin 2018 !

Bientôt plus d'informations sur une page dédiée.

3.10.17

Exposer un carnet de voyage

En juin dernier, j’ai été invité à participer à une exposition dont le thème était « passage ». J’ai réfléchi et décidé de faire ce que je fais le mieux (je crois) : un carnet de voyage. J’ai donc commencé ce carnet le 13 juin en essayant de coller au thème. Je l’ai trimbalé durant 2 mois et demi dans mon sac en m’obligeant à le remplir de manière aussi régulière que possible au rythme d’une double page tous les deux jours à peu près. Le dernier dessin a été fait la veille du début de l’expo.



Une de mes  appréhensions était de rater des pages, ce qui m’arrive régulièrement avec mes carnets habituels. À mon grand étonnement, je me suis aperçu, chemin faisant, que la contrainte de l’expo me rendait plus rigoureux, plus concentré. J’ai réussi, pour quelques dessins très mal engagés, que j’aurais sans doute abandonnés dans un carnet normal, à récupérer les erreurs et à produire quelque chose de correct, voire intéressant. L’averse par exemple, a été dessinée sous un pont, à genoux, pluie dans le visage et j’ai eu très peur d’avoir une page inmontrable. Je crois que l’ambiance, au final, est plutôt réussie. https://www.flickr.com/photos/claudemargny/36139908624/in/dateposted-public/

Pour que le carnet soit aisément consultable, je l’ai attaché, à l’aide de deux plaques de plexiglass et de princes, sur un support dur (carrelage noir), le tout posé sur un lutrin.


Ma crainte était qu’il soit trop manipulé, qu’il en souffre et ne tienne pas le temps de l’expo (une semaine) d'autant que je ne l'avais pas ménagé durant deux mois et demi.



A ma grande surprise, les gens ont été très respectueux, bien que beaucoup consulté (certaines personnes m’ont dit l’avoir feuilleté entièrement) il a très peu souffert, je l’ai retrouvé dans le même état qu’au début de l’expo.


L’ensemble du carnet (78 pages) est visible ici.
https://www.flickr.com/gp/claudemargny/0d972k

2.10.17

Nouveaux groupes officiels Urban Sketchers en France


Après USK Paris - précurseur en France - Strasbourg, Belfort et Bourgogne-Franche Comté viennent d'être officiellement reconnues par les instances mondiales Urban Sketchers.

USK Paris :


Blog
Flickr
Facebook


USK Strasbourg :


Flickr
Facebook


USK Belfort :


Flickr
Facebook


USK Bourgogne-Franche Comté :


Facebook



Des lignes directrices seront prochainement publiées en ligne sur ce blog, afin de faciliter la création d'un groupe local Urban Sketchers dans votre ville.

30.9.17

Rencontrez les correspondants : Delphine Laugier > Toulouse

Bonjour à vous !

Se présenter…un exercice loin d’être facile, vraiment ! Et se dessiner…encore moins !



Je m’appelle Delphine, je vis à Toulouse.

C’est un ami sketcher qui m’a fait connaître les USK et entrainée à dessiner « en ville »: pas évident au départ !  Le dessin d’architecture n’est pas mon fort, je n’ai pas plus que cela le « compas dans l’œil », et une grande admiration pour ceux qui l’ont !





Et puis,  le lâcher-prise, l’observation, l’envie de dessiner ce que je voyais m’ont permis de mieux regarder, l’œil s’aiguise, la main obéit, on progresse peu à peu… pour finalement se prendre au jeu, et maintenant j’adore ça !





Dessiner à plusieurs permet d’enrichir son regard, de s’ouvrir à d’autres pratiques, de faire aussi de jolies rencontres… Il faut dire que la région Toulousaine est riche, et que les Pyrénées ne sont pas loin…j’ai découvert aussi le bonheur de dessiner en montagne.










Un grand merci de m’accueillir parmi vous !

Si vous passez sur Toulouse, surtout n’hésitez pas à me faire signe !



2ème Rencontre du Grand Est - Belfort

L'idée d'une rencontre plus intimiste et plus régionale qu'une rencontre nationale, est née l'année dernière lors de la journée de l'architecture organisée par Eric à Colmar, journée que l'on peut considérer de première rencontre...

L'idée était alléchante et est devenue réalité les 23 et 24 septembre derniers.


Le samedi était dévolu à la vieille ville : de la place d'Armes à la terrasse panoramique de la Citadelle, qui surplombe la ville
Le dimanche était consacré le matin aux vieilles carrosseries et toute la journée aux quartiers haussmanniens à l'entrée de la vieille ville.
Et le lundi, petite after sur la place d'Armes avec Martine!



Une trentaine de croqueurs s'est retrouvée chaque jour, sous un soleil de plomb, dans la citée du Lion.
Des croqueurs venus des quatre coins du grand Est : région parisienne, Lyon, Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Besançon, Belfort, ... mais aussi de plus loin : Gard, ...

Les croqueurs enthousiastes de découvrir cette petite ville à la limite de l'Allemagne et de la Suisse : "Ah mais c'est une jolie ville", "Qu'est-ce qu'il y fait beau", "Ooohhh mais le Lion est immense, rien à voir avec celui de la place Denfert Rochereau", ...

A la fin, tous étaient unanimes : "quand se retrouve-t-on à nouveau à Belfort pour dessiner ?"...







28.9.17

Petite virée belfortine

Belfort, je connaissais un peu, pour y avoir travaillé un jour par semaine pendant quelques mois il y a 22 ans.  Alors quand le groupe de croqueurs locaux a lancé une invitation à aller y dessiner un week-end, je me suis dit que c'était une bonne occasion de retrouver les sensations d'antan.  En fait, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas du tout la ville, à part une rue piétonne et le fameux lion géant de Bartholdi.  


Le rendez-vous était fixé à la Place d'Armes le samedi matin.  Comme je logeais chez Chantal, une croqueuse locale, nous sommes arrivées ensemble au pied des remparts, où Astrid, qui venait du Gard, était en train de se garer aussi.  Au centre ville, près du kiosque - un cauchemar de dessinateur en fer forgé ouvragé -  une petite troupe s'était déjà formée.  Un plaisir de revoir plein de têtes connues : Lolo et Nathyi de Strasbourg, Alain de Lyon (et pas Alain Delon !), Domi, Carole et Marie-Odile de Besançon, Alain et Arnaud de Belfort ou encore Blandine et Jean-Paul de Paris, pour ne citer qu'eux.  Et en plus, il faisait beau !  

J'ai donc planté mon tabouret au beau milieu de la grand-place, et me suis attelée à une scène un peu complexe que je n'ai pas voulu lâcher avant la fin.  Enfin, ce que moi j'estimais être la fin.  Du coup, j'ai rejoint les autres en terrasse un peu tard, mais repue de détails.

Après le repas, nous sommes montés à la Citadelle, croquer du lion et des remparts.  La vue sur les toits de la ville était imprenable, mais pas suffisamment pour nous décourager.


Après la traditionnelle photo de groupe, sur l'esplanade, nous sommes redescendus en ville pour le non moins traditionnel "drink and draw" (croquéritif ?  Apéro croquatoire ? Il faut absolument qu'on se trouve des noms adaptés à nos appareils phonatoires français...).  L'occasion pour moi de faire subir quelques outrages graphiques à mes voisins de table, qui, j'espère, ne m'en voudront pas... 


Encore une jolie rencontre, pour laquelle il nous faut remercier Arnaud, notre hôte-organisateur, qui avait poussé le souci du détail jusqu'à nous fabriquer lui-même le tampon de l'événement, à l'effigie de la mascotte de la ville !

25.9.17

Partrimoine maritime Catalan - Suite -


Au bord sud de l'étang de Salses dans la commune de Saint Hippolyte, l'association Bonança restaure et fait naviguer les barques Catalanes.
Le quartier général avec ses cabanes et la barraca en sanils (cabane de roseaux )



  L'estacade ou je retrouve La Mouette, barque a fond plat hybride mer étang, que j'ai déjà dessinée à l' Atelier des Barques de Paulilles. Elle était alors en phase de finition avant peinture, maintenant elle attend son gréement en voile latine.
  Derrière au mouillage, le A.A  sardinal de 10,80 m construit en 1905 et fleuron de l'association.

L'estacade


Sur la petite plage et sur ses tréteaux, la modeste renovation d'un casso de 4,00 m

No Passaran le casso