16.6.19

Rencontrez les correspondants : Philippe Brunet > Caen



Bonjour aux Urban Sketchers du monde.
Je vais bientôt quitter l’écran la souris pour un tabouret inconfortable, une feuille blanche, un crayon et un pinceau ou une terrasse de café pour dessiner .
Né à Paris, après des études d’architecte à l’école des Beaux Arts rue Bonaparte, un peu de la rue d’Hulm aux Arts Décoratifs que j’ai du quitter. J’ai commencé très tôt mon exercice d’architecte Libéral à l’étranger puis en France sillonnant ce pays aux gré des commandes et des concours.
Souvent un crayon à la main pour un détail d’architecture.
La poésie, d’un cours de dessin et d’aquarelle avait complètement disparu de mon quotidien. Mais je voyais toujours de magnifiques paysages et des lieux hauts en couleurs.
Au cours de mes voyages, je fixe un sujet et quelques couleurs.



En parcourant ces croquis, des souvenirs de pays reviennent aussitôt, le lieu, l'instant l’émotion .


En prenant une feuille de papier face à un beau sujet, passé la première incertitude, le croquis prend forme assez vite, ensuite la lumière va définir  l’ambiance  .



Mon chemin a croisé Carnet de Bru et André Lefevre et d’autres urbans Sketchers à l’occasion d’un rassemblement, d’un salon de l’aquarelle à Avignon.
Depuis je n’ai pas cessé de remplir des carnets.




Ce fut un grand plaisir d'échanger et partager ensuite nos dessins  sur le site.
Ensuite sont venues les rencontres nationales de Strasbourg, Bordeaux, Dijon.



J’ai rencontré des Urban Sketchers australiens avec qui maintenant je corresponds fréquemment.


Aujourd’hui, je parcours ma ville en tous sens, en observant le patrimoine existant,


Les confrontations d’échelle dans la ville, ce qui se crée, ce qui disparaît.
La diversité des paysages de la Normandie.




J’aime voyager et sentir un carnet ou une feuille près de moi,
Un des plus grands plaisirs du croquis extérieur réside par l’attrait presque immédiat entre le dessinateur  et le spectateur.



Je compte bien développer des rencontres  entre quelques dessinateurs de notre ville et la région.

Philippe  Brunet sur Flick
Brunet.ph@yahoo.com




10.6.19

Dijon 2019

 
Un an qu'on y travaillait, qu'on l'attendait avec impatience, et pfiout, la 7ème Rencontre Nationale USk France à Dijon est déjà dernière nous. Mais quel plaisir d'avoir pu monter ces retrouvailles géantes dans la Capitale des Ducs, avec une vingtaines de bénévoles engagés, plus quelques conjoints super actifs pendant les 3 jours de la Recontre.  Au départ, l'idée était une sorte de gageure... Notre chapitre régional était encore tout frais, pas vraiment étoffé et, surtout, ses membres étaient dispersés aux 4 coins de notre graaande région.  Mais finalement, ce défi collectif a créé entre nous des liens solides qui nous ont permis d'accueillir près de 400 visiteurs, peu ou prou.  Plus de 350, en tout cas, plus tous ceux qui ont dessiné sans passer par la salle Devosges, mise à notre disposition gracieusement par la Mairie de Dijon.

 La barre avait été placée haut lors de toutes les éditions précédentes : Lyon, Sète, Strasbourg, Bordeaux, Aix-en-Provence ou Lorient, toutes avaient eu leur particularité et leur charme.  Après les trésors d'organisation des équipes précédentes, nous voulions revenir à une version "acoustique" ou quasiment, histoire de ne pas nous mettre la pression.  C'était sans compter le dynamisme de l'équipe (Arnaud a fabriqué des T-shirts, Valérie des accordéons, Marguerite a pensé aux auto-collants, Vivien aux cups, Anaïs et lui à une brassée spéciale pour l'événement, Fred a écumé Dijon pour faire ouvrir des tas de lieux propices au sketching et a concocté les parcours qu'Anaïs a mis en forme... les idées fusaient à chaque nouvelle conversation) et la réactivité des partenaires : Florian, de chez Hahnemühle, Stéphanie de la boutique Dalbe de Dijon, la direction du Patrimoine et les différents services de la Mairie de Dijon, et j'en passe.  Bref, au final, fi de la version anorexique évoquée au tout début, place à une belle Rencontre bien dodue !

La grosse inconnue restait la météo.  Sur ce plan-là, ces dernières années, nous n'avons pas été à l'abri de caprices printaniers débridés.  Il fallait s'en remettre au dérèglement climatique, en espérant le surprendre dans un bon jour.  Et là encore, nous avons été servis au-delà de nos espérances !  Les palettes ont pu cracher leurs bleus les plus vifs sans trahir la réalité.

Au final, il me reste à vous remercier, au nom de tous les sketchers bourguicomtois (personne n'a songé à trouver un nom pratique aux habitants de la région...) ou franguignons, d'être venus partager ce moment de fête graphique avec nous !  Merci pour votre bonne humeur, votre appétit pour croquer la ville et les spécialités locales, l'ambiance de vacances que vous avez donné à ce long week-end, les couleurs que dont vous avez paré la ville dans vos carnets, votre disponibilité, votre sens du partage, l'accueil que vous avez réservé à ceux qui faisaient là leur première apparition dans une rencontre nationale, les kilomètres que vous avez parcourus pour nous retrouver, l'indulgence dont vous avez fait preuve pour nos petites imperfections, etc. Nous avons tous perçu notre ville avec des yeux nouveaux grâce à vos dessins innombrables.

La prochaine ville a déjà commencé à s'organiser pour nous donner une nouvelle occasion nationale de nous retrouver tous autour de nos carnets.  Alors, exit Dijon 2019 et rendez-vous à La Rochelle en 2020 !  Comme dirait Werner, notre vidéaste belge officiel : "Vive les Urban Sketchers!"


8.6.19

Rencontre nationale à Dijon

Quelle ville magnifique!
Des croqueurs partout, des sujets de dessin à tous les coins de rue,une météo digne la côte d'Azur, que dire de plus?
Un grand bravo aux organisateurs (trices), à Valérie pour ses carnets, à Anaïs pour son logo, à Vivien pour sa bière et à Arnaud pour les T-shirts.
Un grand merci à Hahnemühle.
C'était la 7ème rencontre nationale, vivement la prochaine!