21.7.13

Le Bentaillou, une mine de souvenirs

 ( une pause fraîcheur offerte entre 2 rayons de soleil caniculaire :p )
Durant le mois d'août je participe souvent à un camp spéléologique dans l'Ariège sur la commune de Sentein au Bentaillou, cette année ce n'est pas le cas. Néanmoins deux mois auparavant , pourvus d'une autorisation de circuler sur la piste du parc naturel, nous montons les liquides, indispensables ... La météo peu favorable du mois de juin nous a contraint à retarder ce voyage mais nous y sommes, enfin !! Le Bentaillou est une ancienne exploitation minière.
Devant notre bâtiment, se trouve les vestiges d'un treuil et tout le long de la montée, des godets s'éparpillent comme des animaux statiques broutant l'herbe inlassablement.
  
Quelle chance, il fait beau et l'ours n'est pas là, le berger s'en réjouit. Pas de brouillard, pas de prédateur que du bonheur !
Nous logeons dans le bâtiment aux taules bleues.
Depuis 4 ans, lors de nos séjours nous remettons en état un autre bâtiment prévu pour le couchage. La mairie nous fournit les matériaux qu'elle nous amène par héliportage.
Dédé bricole. Aïe!!
Parmi les paires de bottes qui montent jusqu'ici certaines divorcent et reprennent leur liberté. Elles siègent sur cette planche de contre-plaqué dans l'attente d'un propriétaire occasionnel à dépanner.

Nous en avons profité pour galoper dans la mine. Nous sommes deux et j'ai choisi ce petit format pour croquer rapidement pendant que Bernard s'occupe à faire des photos. Je ne voulais pas le faire trop attendre car la température se situe entre 0° et 5°. Nous empruntons les descenderies pour passer d'un étage à l'autre.
Sur le croquis de gauche ci-dessous est représentée une trémie, les cailloux transitaient par ces conduits et se déversaient ensuite directement dans les wagonnets qui roulent toujours d'ailleurs.

Les galeries varient dans leurs dimensions et nous croisons bon nombre de salles très volumineuses.  Cette mine se développe sur 27 étages et court durant 60km de galeries, je vous laisse imaginer ... 


Par contre voyez vous, l'installation électrique est à l'évidence en panne ;)

Matos in the pocket : Moleskine 9 x 27.5 papier aquarelle - Feutres Copic 0.1 et 0.2 - aquarelles
 

3 commentaires:

didier millotte - illustrateur a dit…

2è étages, 60 km, impressionnant.
Chouette petit reportage.

Sophie Valenti a dit…

Fabuleux et original ce reportage ! Encore Bravo Cat *_*

Emily Nudd Mitchell a dit…

Oui, bravo Cat ! Et mention coup de coeur pour les bottes, toute mon enfance remonte d'un coup ! Ps : est-ce qu'elles sont percées ? C'était notre spécialité :)