2.7.16

Rencontrez les correspondants : Eric Nieder > Colmar

Bonjour amis sketchers 

portrait
Mon premier souvenir de croquis est le dessin d’une tour dont la forme m’avait impressionnée. Je la dessinais de mémoire, avec quelques "adaptations" liées à mon jeune âge. Chaque semaine, le vendredi après-midi, un chevalet de peintre était à disposition sur lequel se dressait verticalement une grande feuille blanche. Chaque semaine un autre dessinateur. Peinture à l’eau et pinceaux à disposition…
C’était mon tour !... Le premier coup de pinceau est comme gravé dans ma mémoire. J’avais 6 ans, j’étais en primaire. 




Ce petit garçon est devenu architecte. je vis et je travaille à Colmar en Alsace.

sur le vif, minimaliste.
J’aime toujours dessiner, et j’adore plus que tout, les instants précédents l’action :
Choisir un site, flairer le génie du lieu, parcourir d’un œil chercheur l’espace qui m’entoure.
Quand le sujet est trouvé, m’installer, ouvrir mon petit tabouret pliant pêcheur !
Ouvrir la trousse, passer ma main sur la page blanche de mon carnet ouvert.
Les premiers va et vient de mon regard entre le carnet et le cadrage.
Choisir ma plume, pointe 0.1 ou 0.2… pas de crayon, pas de gomme !
Respirer … Puis, enfin, poser la première ligne sur cette page blanche !

Je propose depuis quelques années un atelier croquis, dans le cadre des journées de l’architecture organisées par la MEA (maison européenne de l’architecture). Nous rassemblons environ 40 personnes qui sont invitées à s’exprimer graphiquement sur le sujet proposé. C’est gratuit, ouvert à tous et toujours très conviviale. C’est un des participants qui m’a parlé des Urban Sketchers.


parc urbain Colmar - 2016
ile d'Yeu - 2016
Un ami me disait que le croquis est une activité solitaire et peu propice aux rencontres !
C’est tout le contraire ! A chaque fois que je m’installe et dessine, les gens m’abordent et je fais souvent de belles rencontres.
Sdf - 2016














Ce qui me plait chez Urban Sketchers : partager !...

Saint Emilion - 2016
J’aime aussi la lenteur du dessin, le temps n’existe plus en dessinant ! Le temps prend de la longueur, les trépidations du monde ne me touchent plus. Le croquis est anti-zapping !
La perception aiguisée du croqueur s’oppose aux approches superficielles.
Le sketcheur urbain est à contre temps du rythme urbain qu’il observe et retient sur son carnet. Les dessins figent, sélectionnent, prélèvent des instants du spectacle urbain.
Bar l'Escadrille - ile d'Yeu - 2016
Le sketcheur est spectateur, observateur, analyseur, commentateur du spectacle urbain.
Le sketcheur contamine et perturbe le passant curieux qui interrompt son cheminement anonyme pour venir observer cette lenteur qui se pose sur nos carnets. Et, le plus souvent, il dit un mot gentil, puis il passe son chemin,…
Dessiner c’est une quête, une introspection, presque un moment de méditation.
Allons au bout du raisonnement, oui, le croquis est un petit moment de bonheur. Je dirais même que le croquis est d’utilité publique ! Alors aux grincheux de tous poils je dis : faites du croquis !
juin 2016 - ile d'Yeu
 
Port Joinville - Ile d'Yeu

Musée Unterlinden - Colmar
Merci de m'accueillir dans la communauté des correspondants !

3 commentaires:

vanessa a dit…

Très belle présentation. Bienvenue!

Sophie Valenti a dit…

Tu es le bienvenu Eric et bravo pour tes réalisations, un régal !

Gerard Darris a dit…

Bravo, je m'y retrouve bien dans tes motivations et ta façon de vivre ces instants de croquis, avec les interactions avec les passants. C'est une activité qui devrait être déclarée d'utilité publique, effectivement !
Bienvenue dans le groupe :-))