6.4.13

Beaujolais: la crise.

Des obligations au pieds du Beaujolais m'ont permis de retrouver ces paysages si particuliers, doux, variés, authentiques. Un détour de quelques km seulement pour rejoindre un petit restaurant de village à la bonne réputation. Hélas, une salle désespérément, sinistrement vide. Je m'installe dans un coin, je croque le temps des mise en bouche. Et je plie, dès l'andouillette avalée, en me disant qu'il serait bien temps de mette un peu de couleur plus tard.
Ca me laisse du temps pour un arrêt au bord des vignes et un nouveau croquis, rapidement aquarellé celui-ci.
Trop rapidement, et les couleurs trop légères sont restées dans le scanner.
Un peu frustré donc, et je m'arrangerai une prochaine fois pour être disponible en fin de journée, lorsque les couleurs sont si belles et contrastées.
Et bien sûr : A votre santé !



4 commentaires:

Cat Gout a dit…

A la tienne Michel !!!
Ces deux croquis vont bien ensemble, on y retrouve le même rythme, j'aime beaucoup la salle de restaurant, elle est attachante. J'avoue que j'aime quand elles sont vides, on entend le bruit en coulisse, le claquement des menus plastifiés, des bruits de vaiselle, et l'arrivée de la serveuse me fait toujours l'effet d'une entrée en scène. Bravo, encore un p'tit ?! ;)

Bigoudene Sylvie a dit…

J'aime beaucoup ta salle de resto vide, bien que, pour ma part, ça me donne un peu le cafard... Tu as réussi à la rendre très vivante malgré le manque de clients !

Mr Tazab a dit…

Et moi, j'ai surtout ce paysage viticole que tu as super bien rendu.

Michel Jacquard a dit…

Vous êtes vraiment sympa. Nous pourrons boire ensemble un "pot" de Beaujolais à Lyon le 1er juin.
j'ai réservé ce matin l'hôtel avec mes amis dessinateurs.