10.8.13

Vacances en Normandie



 
Au symposium Urban Sketchers de Barcelone, j'ai choisi de suivre des workshops animés par des instructeurs attirés par la couleur, les personnages et le mouvement, trois composantes que j'intègre de plus en plus dans mes carnets.

En effet, depuis quelques temps j'en ai un peu marre de dessiner. Comprenez "j'en ai assez de tracer des traits et de mettre des couleurs dessus". Dessiner c'est délimiter, séparer, tracer l'enveloppe, le contenant.

Or, en ce moment, je veux plutôt relier, mettre en relation, capter le contenu, ajouter la personnalité des gens, représenter les relations entre les choses, voir le cheminement dans l'espace, saisir l'atmosphère.

Et toutes ces notions immatérielles se concilient mal avec un dessin au trait seul. On doit avoir recours à des combinaisons de techniques, employer des formes qui dépassent la taille des objets, rassembler les objets… On doit s'inventer une nouvelle langue qui ne s'appuie beaucoup moins sur l'académisme.

 Mais attention, ces nouveaux codes doivent rester compréhensibles. Il ne faut pas non plus se trouver quelques petites recettes, ses petites écritures et de s'y limiter. Sinon on finira par faire se ressembler des lieux et des ambiances différents.

Le mieux est donc d'improviser continuellement, d'inventer au fur et à mesure, de regarder les choses comme si vous les voyiez pour la première fois. Cela demande beaucoup d'énergie. On passe alors plus de temps à regarder qu'à dessiner.
Après Barcelone, j'ai voyagé en Normandie et visité des lieux que je n'avais encore jamais vus, avec de nouvelles idées en tête. Le symposium, ses enseignements et ses aléas semblent avoir eu de l'effet, en voici quelques exemples. Le reste est dans cet album Flickr.

11 commentaires:

didier millotte - illustrateur a dit…

Beau travail.
Je comprends bien ce que tu dis, "... tracer des traits et mettre des couleurs dessus...", "... délimiter, tracer l'enveloppe, le contenant." On peut travailler différemment. Peindre. Travailler la forme dans son ensemble, de l'intérieure, sa couleur, ses ombres et ses lumières directement, sans voir de contour.
J'aime bien tes bateaux et tes personnages.

tg a dit…

Belle série ! J'aime beaucoup celui du port de Barfleur et le volcan du Havre (le rendu au niveau de la luminosité est impressionnant !). J'y vais à la fin du mois, j'espère pourvoir aussi mettre mes impressions sur mes carnets ! En tout cas bonne continuation dans ta démarche !!!

DESCHAMPS Christine a dit…

Je comprends tout à fait cet effet Barcelone dont tu parles, cette envie d'expérimenter de nouvelles choses... du vent dans les voiles ! Merci pour ce partage, c'est sympa de faire un peu de parcours avec toi.

Emily Nudd Mitchell a dit…

Ma Normandie natale comme je ne l'avais jamais vue... Belles réflexions..

Carnet de BRU a dit…

C'est vrai ce que tu dis... Je l'expérimente également...

Jublaq a dit…

C'est doux, c'est coloré, c'est poétique...

Juliette Plisson a dit…

Eh bien, oui, je suis complètement d'accord avec toi.
en tout cas tes dessins sont très délicats.

Mr Tazab a dit…

Interessant ce que tu dis en effet, c'est vrai que parfois on a envie de sortir du concept dessin/mise en couleurs..Ca fume sous la casquette de Vincent, et on est ravis d'en profiter.

Catherine Gout a dit…

Vincent , ça te réussit la plage , tu ventiles ta trousse et tes carnets !! Chouette embarquement mais reste délicat avec la protection solaire ;) Casquette en tout cas !!

richard bertrand a dit…

J'aimerai tellement avoir la même liberté, excellent !

Frédéric Glorieux a dit…

J’aime spécialement l’économie et la retenue du premier. La main y a l’air libre, heureuse, mais sans automatisme, comme presqu’entièrement conduite par la vue.